Angélique : le visage de la danse orientale à Thionville (57)

'Féminine élégance...'

‘Féminine élégance…’

Les coulisses bruissent d’excitation. Les plus jeunes voudraient bien parler bas et rester en place, mais la joie d’être à quelques heures du gala les submerge. Les encadrants tentent de contenir les émotions de chacune, de renseigner les parents ou les participants. Dans un espace aménagé à cet effet, Angélique, une belle femme brune aux yeux lancéolés, déploie son matériel professionnel de coiffure.Elle prend en main chaque tête pour que chacune soit la plus belle pour aller danser 🙂 . Soudain, sorti de nulle part, un groupe de femmes vient attendre son tour. Elles portent des costumes orientaux chatoyants. Angélique se rappelle cette rencontre avec « les danseuses orientales et leur professeur et j’ai trouvé leurs costumes magnifiques. »

Emerveillée, elle va « voir la prof faire son solo sur scène » et c’est « le coup de foudre ! » C’est très naturellement qu’elle s’inscrit à son premier cours où elle est immédiatement « séduite par la sensualité des mouvements et par les ondulations du corps sur la musique. » De la sensualité des soins apportés aux cheveux, à la sensualité des corps qui dansent, ce qui caractérise Angélique est son aptitude à goûter les sensations qui sont celles de la Féminité. Ce don particulier et sa passion pour « cette danse » la conduisent à chercher « à en apprendre toujours davantage. »

'... c'est génial d'être si complices...'

‘… c’est génial d’être si complices…’

C’est ainsi qu’elle rencontre Cynthia Gnata,sa professeure actuelle et sa « complice. » C’est Cynthia qui la forme pour devenir enseignante.  Elles donnent des cours ensemble dans plusieurs écoles « et nous préparons plusieurs duo toutes les deux, c’est génial d’être si complices car nous fusionnons nos idées pour créer de supers spectacles. » 😉

Car la féminine élégance d’Angélique la porte à considérer la solidarité entre femmes et la transmission de la danse  comme des sources d’inspiration et de bonheur. Quand elle évoque son premier solo sur scène, elle se souvient du sentiment de « satisfaction que mon professeur me sente capable de le faire, et qu’elle me fasse confiance. » Ce souvenir en appelle un autre, celui du « spectacle de mes élèves la première année où j’ai enseigné. Cette fierté de les voir exécuter une chorée que j’ai inventée, voir les progrès qu’elles ont fait en une année, c’est vraiment un moment très fort ! » Avec la directrice de l’association « Lez’art et compagnie », qui propose des cours de chant, de théâtre et de danse à Zoufftgen, elle fonde la section danse orientale à laquelle elle donne le joli nom de Lehzarazade. De 3 à 99 ans, les élèves y découvrent la danse orientale, et Angélique espère « continuer encore looooooogtemps !!! » 😉 son activité au sein de cette structure.

'...un moment privilégié avec le public...'

‘…un moment privilégié avec le public…’

Pour Angélique, la joie de la danse orientale réside aussi dans les solos. « Avoir toute la scène pour moi c’est mon plus grand plaisir ! C’est vraiment ce que je préfère, les solos, car je partage un moment privilégié avec le public ! » Danser est l’occasion de vivre pleinement sa féminité. Angélique avoue que la danse orientale la libère de ses complexes quant à ses formes « que j’ai tellement de mal à accepter au quotidien » et qui sont, en réalité, son « atout. »

En danse orientale,  Angélique n’hésite pas à prendre des risques 🙂 . Lorsqu’une erreur de programmation l’oblige à monter sur scène plus tôt que prévu, elle suit les autres danseuses pour présenter une danse de la canne….sans canne ! Elle n’a pas eu le temps d’aller chercher son accessoire et Cynthia, confiante, lui demande de faire sans. « J’adore les défis, mais là je me suis vraiment plantée lol, j’ai fait toute la choré à l’envers lol la honte !!! »

Ce cafouillage ne la détourne pas de son rêve « continuer de danser le plus longtemps possible. » Car la relation d’Angélique avec le danse orientale tient dans ces mots de Mikhaïl Barychnikov : « L’essence de tout art est de se faire plaisir en donnant du plaisir. »

Ce contenu a été publié dans Tour de France de la danse orientale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *