Catherine Lavie : le visage de la danse orientale à La Rochelle (17)

'...la danse c'est la vie...'

‘…la danse c’est la vie…’

La vie évolue, le blog aussi ! 😉 Depuis la rédaction de cet article, l’association Farah-Loulou a tiré sa révérence. Vous pouvez pratiquer la danse orientale à La Rochelle avec l’association Maÿsân que vous retrouverez dans la page Cours de danse orientale.

« Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur. »

Victor Hugo, Demain, dès l’aube…

Le plus beau cadeau qu’un parent puisse offrir à son enfant perdu est sa volonté d’aimer encore.

Que chaque minute de sa survie soit un vibrant hommage à la Beauté. Beauté de la persistance du houx vert, de la résistance de la bruyère. Beauté de la danse qui donne ‘l’énergie de ne pas se laisser engloutir par la douleur.

Quand le 19 Janvier 2003, son enfant s’éteint après être restée 9 mois dans le coma, cela fait six jours que Catherine a donné son premier cours de danse orientale. De la période qui a précédé ce deuil, elle ne se souvient que deux choses : ‘je dansais et j’allais voir ma fille’.

Ce sont les  sentiments mêlés de ‘l’urgence de vivre’ et de ‘la présence apaisée’ de la mort dans sa vie, qui conduisent Catherine à vouloir créer une oeuvre ayant pour sujet le sens de la vie et de la mort à la mémoire de sa fille. Au départ, ses 120 danseuses sont apeurées par le projet. Notre civilisation, qui s’autoproclame ouverte et libre, a fait de la mort un tabou. Les personnes qui l’affrontent sont seules, voire fuies. Alors, pour convaincre ses élèves de présenter un spectacle de danse orientale sur ‘la légèreté de la vie et de la mort’, Catherine raconte à chaque cours ce que représente pour elle cette danse. Elle raconte son pouvoir de supprimer la douleur et de célébrer le cycle de la vie avec cet obsédant et perpétuel lyrisme. Volontairement ou non, la voix de Catherine guide ses élèves sur le chemin des sources de la danse orientale. Aux temps où les Hommes célébraient en dansant la naissance, l’amour, la jouissance et le départ des êtres aimés qu’il faut laisser s’en aller.

'...la danse orientale est un art à part entière...'

‘…la danse orientale est un art à part entière…’

« Salam Alec » (pour Alexandra) est créé le 19 janvier 2007. La salle est comble. Le public est touché par ce sujet universel. C’est pour lui l’occasion de découvrir que la danse orientale est un art à part entière qui permet d’exprimer des émotions profondes et variées. Mais le public n’est pas seul à être conquis, puisque le spectacle reçoit le Prix de l’Innovation Culturelle en Poitou-Charentes pour l’année 2007.

C’est en 2002 que Catherine s’initie à la scène en danse orientale, quand elle présente une chorégraphie pour cinq danseuses à l’occasion d’une soirée d’anniversaire. Elle se rappelle ‘du stress, de l’excitation, de la joie’ qu’elle ressent.

Cet anniversaire est comme l’écho d’un autre, celui où elle découvre la danse orientale. C’est Nadia qui lui offre ce premier contact, que rien ne laisse prévoir. Nadia vient passer un week-end chez Catherine, et elles se rendent ensemble à la fête d’anniversaire d’Hélène. Au moment des cadeaux, Nadia souhaite faire un geste. Et pour cet artiste, professeure et danseuse, quoi de mieux que d’offrir son art ? ‘Lorsque Nadia s’est mise à danser, la magie est entrée dans ce lieu. Plus de bruit, que sa musique et sa danse. […] C’était magique.’

En 2014, Catherine enseigne toujours. Son objectif est que ses élèves ‘découvrent que la danse c’est la vie’ et que ‘rien n’est grave’, surtout pas l’échec sur scène. Aussi, quand je lui demande quel est son pire ‘flop’, elle ne sait que répondre. Qu’est-ce qui fait qu’une représentation est réussie ou ratée ? Dans toutes les hypothèses, elle est réussie, puisqu’elle est un moment donné à voir, partagé, dansé, voire pleuré, mais vécu. Et elle ajoute, subtile : ‘avec le sourire et l’humilité, tout est rattrapable…’

Ce contenu a été publié dans Tour de France de la danse orientale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Catherine Lavie : le visage de la danse orientale à La Rochelle (17)

  1. Corine dit :

    Très beau portrait ! En plus La Rochelle étant chère à mon coeur (je viens de là bas) y découvrir une danseuse et professeure aussi touchante, authentique et talentueuse me fait un plaisir immense… bravo et meilleures pensées à vous deux !

    • Sophia Sola dit :

      Merci pour ces pensées positives. Le Tour de France de la DO suit tranquillement son chemin et offre de belles haltes …J’en suis ravie…Et si, en plus, cela permet de rapprocher les danseuses, alors, c’est génial 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *