Clara : le visage de la danse orientale à Chambly (60)

'...une féminité harmonieuse et absolue...'

‘Une féminité harmonieuse et absolue.’

‘Beyrouth a été le vin fait de l’âme de ses gens

Elle a été le pain et le jasmin fait de leur sueur

Maintenant pourquoi a-t-elle le goût

Du feu et des cendres ?’

Joseph HARB, Pour Beyrouth (Li Beirut)

Traversant la buée des souvenirs, ces quelques mots résonnent-ils dans la tête de l’homme qui se libère de sa bouteille d’oxygène pour venir danser avec Clara ? L’apparition de la danseuse orientale ‘l’a replongé en plein Beyrouth, dans sa jeunesse.’  Clara connaît le Liban, elle sait qu ‘on en repart jamais indemne, on y laisse un bout de soi. La rencontre a été belle, on savait tous les deux comme ce pays prend aux tripes…’ Ce soir-là, Clara incarne un passé intime et l’éternel féminin. Plaisir et souffrance mêlés, comme toujours dans la vie.

Le pouvoir créateur, sensuel et sentimental, de sa féminité, Clara le censure dans son enfance. ‘Traitée comme un garçon’, elle se sent ‘coupable’ d’avoir envie de se consacrer à des activités féminines. Cependant, elle découvre la danse orientale dans ‘Ali Baba’ et les émissions de télé, et elle est fascinée par ‘l’image dégagée par la danseuse’ qu’elle trouve ‘juste magique.’ L’envie de danser ‘déclenchée surtout par la musique, les rythmes et la culture orientale qui ont une saveur incomparable’ la poursuit, tout comme le besoin d’exprimer ‘une féminité harmonieuse et absolue.’ Si elle considère qu’elle n’a ‘pas le droit d’être une fille’, sa Maman ne l’entend pas de cette oreille et elle emmène Clara à son premier cours de danse orientale, alors que la jeune fille a 18 ans.

'Blonde...ne détermine pas mon aptitude à pratiquer la danse orientale.'

‘Blonde…ne détermine pas mon aptitude à pratiquer la danse orientale.’

Depuis ce jour, ‘liberté, maîtrise, et parfois du découragement, mais toujours l’envie d’avancer’ guident la carrière de Clara. Sa professeure lui offre sa première prestation. Elle accepte, parce qu’elle ‘en mourait d’envie’ mais réalise qu’elle va ‘mourir de peur avant d’avoir dansé.’ Le trac vaincu, elle se dépasse et cette expérience réussie trace sa voie : ‘DANSER’ est le sens de sa vie.’

L’enseignement lui apporte des relations humaines enrichissantes. ‘Une fille qui vient t’embrasser parce que tu as rendu son quotidien plus léger, c’est énorme.’ Et puis il y a les fous rires en cours qui n’ont ‘pas de prix…’ 🙂 Clara valorise l’esprit de cohésion et de solidarité qui permettent à des projets, comme sa création ‘Aywa !’, de voir le jour. Elle a le courage de déplorer la détérioration des conditions économiques et ‘la montée de l’extrémisme’ qui  ‘entravent le développement culturel de cette merveilleuse danse.’

Clara, qui s’entend parfois appeler ‘la strip-teaseuse’, sait que ‘La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert’ (André Malraux) et que, certes, elle est ‘blonde, mais contrairement à ce que certains pensent, cela ne détermine pas mon aptitude à pratiquer la danse ORIENTALE. Stop aux préjugés.’ Pour vivre de cette danse qu’elle considère comme ‘un art à part entière’, elle ne recule pas devant la ‘rigueur’, les ‘sacrifices’ et le ‘travail’. Elle est toujours en recherche de ‘créativité’, loin de l’image de ‘simple animation folklorique’, trop souvent associée à la danse orientale.

'J'existe parce que je danse.'

‘J’existe parce que je danse.’

Rien, absolument rien, ne la détourne de sa danse et de sa féminité triomphante, maîtrisée à force d’entraînements et d’apprentissages : ni ‘les tapis farceurs’, ni les publics ‘hostiles’, ni les ‘commentaires sur [son] physique.’

‘J’existe parce que je danse’, telle est la déclaration de Clara au monde. Poursuivant ainsi l’œuvre des danseuses qui, au début des civilisations monothéistes, ont refusé de se soumettre à la morale liberticide des hommes.

Ce contenu a été publié dans Tour de France de la danse orientale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *