Le jour où j’ai tourné dans une pub (la danse orientale mène à tout !!!)

"...souvenirs légers comme des bulles de champagne..."
« …souvenirs légers comme des bulles de champagne… »

Lorsque Céline me signale qu’une marque organise un casting autour de la danse, je lui promets que je vais me pencher sur la question. Quand je consulte l’adresse qu’elle m’a donnée, c’est pour constater que je n’ai plus que quelques jours pour envoyer ma vidéo. Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir mettre sur cette minute qui m’est accordée ?

Continuer la lecture de « Le jour où j’ai tourné dans une pub (la danse orientale mène à tout !!!) »

Premier coup de hanche

"Outil de travail"
« Outil de travail »

Mon challenge

 En fin d’après-midi, sur le banc de l’amphi, il m’arrive un truc étrange. Je regarde le prof en costume-cravate, qui va et vient avec assez de grâce, le dos pas trop voûté, comme j’ai remarqué que c’est souvent le cas chez les intellectuels masculins. Puis je fixe mon sac de danse à mes pieds. Je visualise mon jupon, de soie, mon cache-cœur et mon écharpe-ceinture. Alors, le challenge que je me suis fixé : devenir une danseuse orientale me tombe dessus de tout son poids. « Mais que vais-je faire si loin de mon monde ? » Pourtant….

….à 18h30, je suis devant le miroir, dans la lumière douce de la belle salle, et j’observe à la dérobée ma silhouette. Cette tenue de  danse me rend charmante. Je suis toute contente.

Continuer la lecture de « Premier coup de hanche »

Ma garde-robe ne froufroute pas…

"Code d'Occident, code d'Orient : apprendre à s'amuser avec les deux !"
« Code d’Occident, code d’Orient : apprendre à s’amuser avec les deux ! »

Enroulée dans la serviette, j’ouvre les deux battants de mon armoire. Et je reste un long moment à observer, d’un côté, les vêtements qui pendent mollement aux cintres, de l’autre, les piles bien pliées endormies sur les étagères.

J’ai beau plisser les yeux, je me rends à l’évidence : la garde-robe de l’étudiante de l’an 2000 ne contient pas beaucoup de jupes froufroutantes et soyeuses…Je déterre bien ma jupe J.Crew, ultra-longue, en beau jersey de coton, achetée 3 $ à une vente de charité à New-York. Du confortable, certes, mais pas du sensuel. Et elle a un défaut rédhibitoire : elle serre la taille. Or, c’est la première chose apprise dans les vestiaires : « Ici, tu libères la taille ! ».

Continuer la lecture de « Ma garde-robe ne froufroute pas… »