Gala, le pire

ladanseorientale-gala2Le gala, ou le spectacle de fin d’année, ou le plus récent et plus chic « rendu d’atelier » est l’occasion pour les élèves de présenter leur travail et de faire l’expérience de la scène et du public dans de bonnes conditions. J’ai bien écrit « pour les élèves. »

C’est également une circonstance propice pour créer des liens singuliers entre celles qui partagent le goût de la même discipline.

Ce n’est donc pas le moment opportun pour les professeur(e)s ou les membres de la troupe de s’approprier la scène pour s’y ébattre à longueur de numéros.

De même, s’il est légitime de profiter de cette occasion pour remplir les caisses, ces rentrées d’argent doivent se faire au bénéfice de tous les élèves et non seulement pour financer des projets à participation restreinte, pour ne pas dire personnels.

Le problème est que, parfois, la scène est monopolisée par quelques professeures en mal de représentations et que la récolte de fonds devient l’objectif premier de l’évènement qui se transforme en kermesse…Dès lors, l’accompagnement des élèves dans leur expérience scénique est laissé à l’abandon et chacune est sollicitée pour « la bonne cause » qui n’est pas la danse. Continuer la lecture de « Gala, le pire »

Must have de la danseuse : l’huile essentielle de gaulthérie

The last Queen, 3d CGLa danse est un plaisir, un apprentissage permanent, un sacerdoce parfois, et aussi l’occasion de se faire mal, ou de réveiller d’anciennes douleurs.

Pour remédier à ces désagréments, avec efficacité et en douceur, l’alliée idéale est l’huile essentielle de gaulthérie. Son nom complet est gaulthérie couchée. On l’appelle également wintergreen. C’est un tout petit arbuste, et c’est à partir de ses feuilles qu’est fabriquée l’huile essentielle.

Continuer la lecture de « Must have de la danseuse : l’huile essentielle de gaulthérie »

Harems, mythe et réalité – Altan Gokalp

ladanseorientale_harems 001

Je poursuis mon voyage à travers les différents contextes socioculturels dans lesquels la danse orientale s’est développée et a été conservée.

Le harem est un concept universel. Dans les civilisations où il n’existe qu’à l’état de phantasme, il est rêvé comme un jardin voué aux plaisirs charnels, un lieu où la sensualité des femmes s’épanouit à l’abri des contingences matérielles afin de satisfaire les désirs de leur propriétaire. En résumé, rien de plus qu’une maison close réservée à l’usage d’un seul client.

Dans la réalité, les choses sont un peu différentes. La vocation du harem est d’assurer la descendance masculine de celui qui le possède. Quelle que soit la civilisation dans laquelle il est établi, quelle que soit la richesse de son propriétaire, la vie au harem est soumise à des lois et à une hiérarchie stricte qui permettent d’assurer sa fonction lignagère.

Continuer la lecture de « Harems, mythe et réalité – Altan Gokalp »

Faire de la danse orientale après 60 ans : une très bonne idée !

"La danse orientale est appropriée pour se maintenir en forme, se faire plaisir et prendre soin de sa Féminité."
« La danse orientale est appropriée pour se maintenir en forme, se faire plaisir et prendre soin de sa Féminité quel que soit l’âge de la danseuse. »

Après 60 ans, la masse et l’architecture osseuse diminuent. Les os deviennent plus minces, plus poreux et plus fragiles. A cela s’ajoute une réduction de la masse musculaire. Dès lors, il faut éviter les pertes d’équilibre qui provoquent des chutes.

Pour lutter contre les effets du temps qui passe 😉 pratiquer une activité physique régulière est hautement recommandé.

Et – malheureusement – les femmes pensent rarement à la danse orientale pour se faire du bien après 60 ans. Je le regrette, car la danse orientale est appropriée pour se maintenir en forme, se faire plaisir et prendre soin de sa Féminité. Et cela quel que soit l’âge de la danseuse.

Continuer la lecture de « Faire de la danse orientale après 60 ans : une très bonne idée ! »