Instantanés Singuliers : les murs de mon studio de danse

"Un lieu brut où seuls comptent l’inspiration humaine et le temps nécessaire à la création."
« Un lieu brut où seuls comptent l’inspiration humaine et le temps nécessaire à la création. »

Tous les mois, l’Atmosphérique Marie Kléber nous invite à une rencontre photographique autour d’un thème. Elle a nommé ce rendez-vous « Instantanés Singuliers. »

Ce mois-ci, il s’agit de travailler, de rêver, de vagabonder sur « Les murs de votre ville »

Ma ville du moment n’est pas très jolie. Elle est confortable, les déplacements y sont très courts, et elle a le charme – plus ou moins endormi 🙂 – des petites villes de province.

Mon mur préféré est celui du studio de danse. Objectivement, il est moche et tout décati. La peinture s’écaille en gros morceaux, mais, dans l’ensemble,  la couleur reste vive. A l’étage, les fenêtres de style industriel sont occultées par des panneaux pour protéger l’intimité des vestiaires.

J’aime cet endroit. Il s’inscrit en faux contre l’embourgeoisement de la création. Loin des clichés d’académies « rutilantes » qui « produiraient » du talent comme certaines autres usines produisent du lait 🙂 mon studio est un lieu brut, un endroit où seuls comptent l’inspiration humaine et le temps nécessaire à la création. Pas d’artifice qui valorise le travail de création de l’extérieur. L’esprit est libre dans un espace qui ne l’influence pas.

Ce mur, c’est aussi mon coin new-yorkais. C’est dans des studios comme celui-ci, qui ne payaient pas de mine, que j’ai participé à des cours mémorables.