Hathor et la danse orientale

Sistre à tête de la déesse Hathor

« Lève-toi et lie celui que je regarde pour qu’il soit mon amant, puisque j’adore son visage. »

Incantation à la déesse Hathor

Une prière intemporelle et féminine, comme le désir de l’amoureuse qui dévore chaque instant du jour et de la nuit…

Le terme Egypte antique embrasse plus de trois millénaires et des cultures matérielles et spirituelles qui se sont ajoutées ou relayées.

A l’origine, les vastes territoires de la haute (sud) et basse (nord) Egypte entourant le Nil aux sources mystérieuses. Des chefs de guerre règnent sur des fiefs, un fleuve apporte tour à tour l’abondance et la tragédie, des cosmogonies et des mythes nombreux apaisent l’âme des hommes.

Une forme archaïque de déesse vache est attestée dans plusieurs endroits. Elle préside aux forces vitales et côtoie, entre autres, la déesse serpent Ouadjet au nord et la déesse vautour Nekhbet au sud.

Continuer la lecture de « Hathor et la danse orientale »

Les préjugés sur la danse orientale : « Génétique »

"Une danse pratiquée par les femmes de toutes origines."
« Une danse pratiquée par les femmes de toutes origines. »

Je poursuis mon examen des idées reçues sur la danse orientale. J’ai expliqué que la danse orientale est difficile à comprendre, parce qu’elle est liée à un ordre symbolique qui valorise le pouvoir créateur  féminin, et l’union des humains et de la nature, notions inexistantes dans nos sociétés actuelles.

Un autre aspect de son histoire brouille la vision que nous avons de la danse orientale. Elle est l’héritière des rapports de forces issus de l’histoire coloniale.

Continuer la lecture de « Les préjugés sur la danse orientale : « Génétique » »

La danse orientale vue par Gérard de Nerval

ladanseorientale_portrait

Début janvier 1843, Gérard de Nerval embarque pour le Caire.  Le « Voyage en Orient » présenté comme racontant ses impressions et ses expériences rapportées du Moyen-Orient, contient également des emprunts à d’autres auteurs qui l’ont précédé sur ces terres.

Toutefois, Nerval assiste personnellement à des danses orientales alors qu’il se trouve dans un café du Caire.  Ces danses sont exécutées par des hommes, puisque, depuis 1834, le décret de Méhémet Ali interdit aux artistes féminines et aux prostituées d’exercer en public au Caire. Cette interdiction vise à marginaliser ces professions qui, avant cela, étaient intégrées à la vie cairote.

Méhémet Ali accède au pouvoir en 1805 et met fin au pouvoir des beys mamelouk avec le soutien des oulémas. Il souhaite augmenter les ressources de l’Egypte pour renforcer l’indépendance du pays. De nouvelles taxes sont établies, notamment sur les danseuses. Or, les religieux sont opposés à «ces impôts sur le vice.» Ils condamnent le fait que des musulmanes se produisent devant des «infidèles», et font valoir que l’argent issu des taxes appliquées à cette activité est impur, et ne peut servir à payer les salaires de fonctionnaires.

Par ailleurs, Méhémet Ali souhaite moderniser l’Egypte, et il ne veut pas que son pays soit assimilé à l’image sensuelle des danseuses et des prostituées. Dès lors, il renonce aux profits générés par les impôts sur ces professions, et décrète leur interdiction.

Nerval est un voyageur humaniste, qui ne recherche pas le pittoresque, et partage la vie quotidienne des gens du pays. Il se laisse rarement aller à un sentiment de supériorité, et fait généralement preuve d’empathie et d’imagination.  Sa vision de l’orient est subtile et généreuse.

Continuer la lecture de « La danse orientale vue par Gérard de Nerval »

La danse orientale vue par Gustave Flaubert

flaubert_danse_orientale_ladanseorientale

Quand Flaubert séjourne en Egypte (1850/1851), les danseuses ont été  bannies du Caire en application de l’édit de Méhémet Ali. Elles exercent principalement à Esneh, Louxor et Kénèh. La profession connait des mutations sous la pression de désordres politiques et l’arrivée croissante des occidentaux.

Au Caire, les danseurs masculins occupent la place laissée vacante.

Le nom « almée » ne désigne plus une artiste savante et distinguée, dansant seulement pour les femmes, mais une artiste qui se prostitue à de riches clients, principalement étrangers. Toutefois, les almées demeurent des danseuses et des chanteuses de premier ordre. En 1829, l’érudit égyptien Tahtâwî compare leur instruction et leur éloquence à celles des comédiennes parisiennes. Cependant, il ajoute que la morale des almées est nettement plus relâchée.

Continuer la lecture de « La danse orientale vue par Gustave Flaubert »

Kuchouk-Hânem : l’Immortelle

"Sereine, grande, splendide."
« Sereine, grande, splendide. »

Kuchouk-Hânem est l’une des rares danseuses orientales du 19èmesiècle dont le nom nous soit parvenu. Généralement, les carnets de voyage des différents auteurs font état de danseuses anonymes. Mais Kuchouk-Hânem jouit d’une célébrité qui la fait particulièrement rechercher par les voyageurs de l’époque.

Elle n’est pas la meilleure danseuse de son temps, comme le constate Flaubert, qui préfère de beaucoup la danse d’Hassan El Bilbesi et d’Azizeh. Mais il semble que son charisme et sa présence soient exceptionnels. Ils fascinent les occidentaux auxquels elle vend ses charmes.

Continuer la lecture de « Kuchouk-Hânem : l’Immortelle »