Une culotte pour la danse orientale*

Crédit photo : souffledantan.com

S’il y a bien une chose à laquelle tu ne souhaites pas penser alors que tu es sur scène, c’est ta culotte. Il faut qu’elle soit invisible et parfaitement oubliable.

Invisible, parce que les costumes de danse orientale sont souvent en mousseline et généreusement fendus le long des jambes.

S’ils sont ajustés, il est aussi important de porter une culotte sans coutures afin d’éviter les marques, qui apparaîtront à chaque mouvement.

Voici quelques pistes marquées du sceau de l’expérience pour t’aider à trouver le sous-vêtement qui sera ton meilleur ami 😉

Continuer la lecture de « Une culotte pour la danse orientale* »

« Bolero de Ravel, Danse orientale Sophia Sola » Découvre le projet

Click here for a présentation of short film « Bolero de Ravel, Belly Dance Sophia Sola » in english.

La danse est un phénomène encadré par les groupes sociaux dans lesquels elle se développe et se transmet.

Chaque civilisation décide qui danse, comment on danse, où on danse, pourquoi on danse.

La détermination des parties du corps autorisées à danser génère la technique.

Or, la gestuelle appelée danse orientale fonde sa technique sur la mobilisation des petit et grand bassins, des hanches, de l’abdomen, du buste, du dos, des bras, des mains et des cheveux, beaucoup de ces parties du corps inconsciemment considérées comme impures par les autorités culturelles. Même si elles affirment le contraire.

Crédit photo : Sennahar

De plus, sont considérées comme artistiques les danses qui visent à unir l’âme au corps, lequel serait un instrument au service d’une quête, d’une histoire ou d’un concept.

Tandis que la danse orientale ne connaît pas cette séparation idéologique. Elle est la danse du corps féminin et la stylisation de son plaisir à exister. Il ne s’agit pas de s’extraire de la matérialité, mais d’en jouir.

Dès lors, son esthétique puissante n’est pas considérée comme le résultat d’un processus artistique conscient et individuel, mais comme l’expression d’idées vagues, telles l’exotisme, la séduction ou le passé.

Alors que je me résignais à une carrière dans l’événementiel de luxe, envisageais l’enseignement et me délectais de recherches historiques, un été, Rita Tataï, amie et costumière, eu cette idée : puisque les autorités s’abritent derrière leur méconnaissance de la danse orientale pour la rejeter loin de la création artistique contemporaine, pourquoi ne pas leur proposer un projet sur une musique qu’elles reconnaîtront comme leur ?

Une création dans leur univers pour montrer ce que peut la danse orientale.

Crédit photo : Sennahar

Franchement, je n’étais pas convaincue. J’avais croisé tant de visions étroites dans des esprits qui se proclamaient ouverts, que je n’y croyais plus.

Mais à force de recherches historiques, j’ai acquis la certitude que la danse orientale a toujours présenté les aspects les plus divers. Les plus raffinés ayant peut-être disparus en même temps que la culture des harems.

Alors, le projet du Bolero est devenu l’occasion de donner corps à ces recherches.

Ce court-métrage est une première version, imparfaite, mais qui a le mérite d’exister et de rendre visible un travail en cours.

La danse est présentée comme une cérémonie à laquelle participent les non danseurs. C’est un procédé qui relève de l’opération magique.

Cette scénographie inspirée des premiers cultes rappelle les origines pluri millénaires de la danse orientale.

Elle célèbre les forces de vie incarnées dans le corps féminin.

Ce travail nécessite une création lumière et des représentations publiques pour devenir un spectacle vivant. Une résidence d’artiste serait idéale. L’aboutissement serait de créer le Bolero avec un orchestre, ou dans un palais turc sur les rives du Bosphore.

Crédit photo : Sennahar

Le tournage du court-métrage a mobilisé des compétences professionnelles. Il a également bénéficié de l’aide précieuse de personnes qui ont gracieusement donné de leur temps et de leurs savoirs.

Si la levée de fonds dépasse le montant des frais engagés pour tourner le court-métrage, ces fonds seront affectés au développement du projet (création lumière, location de salle, communication, création de capes pour les spectateurs…) pour qu’il accède à des représentations publiques.

Les dépenses liées au tournage du court-métrage sont les suivantes :

Vidéo et montage : 2.500,00€

Filmer et monter des scènes de danse est un exercice singulier et difficile. Pour un projet aussi original, le nombre des heures de montage a été considérable.

Costumes : 2.400,00€

Le costume de la danseuse, ainsi que les capes, sont entièrement créés et réalisés en France dans l’atelier strasbourgeois La Colombe création en respect des normes sociales et protectrices françaises. Les tissus sont fabriqués en Europe.

Déplacements pour la création costumes : 520€

Tout ne peut être réalisé par visioconférence. Arrive le moment où la relation directe est indispensable.

Catering sur le tournage : 130€

Le tournage s’est déroulé durant plus de 8 heures et a mobilisé 17 personnes.

Formalités de dépôt de l’oeuvre : 85€

Le court-métrage « Bolero de Ravel – Danse orientale Sophia Sola » est protégé par les droits d’auteur.

Pratiquer les accents en danse orientale

D’un point de vue musical, un accent est un élément sonore séparé de la mélodie. Cet isolement le rend clairement perceptible.

Même si les instruments de percussions s’imposent immédiatement à l’esprit, il peut s’agir également d’un son assourdi ou évanescent.

En danse orientale, marquer les accents est un choix et non une obligation. Ils peuvent être l’occasion d’une pause autant que d’une démonstration de brillant.

Continuer la lecture de « Pratiquer les accents en danse orientale »

L’almée est-elle une danseuse ?

Crédit photo : Patrice Bucher

Dans les civilisations islamiques, l’almée est une poétesse, une chanteuse et une musicienne.

Or, poésie, chant et musique sont des arts portés à leur accomplissement. Leur maîtrise est une discipline.

Sa formation comprend également la connaissance des mouvements de l’âme, des rétrécissements du coeur, et des sagesses tirées de l’enseignement des savants. C’est donc une érudite à la culture vaste et aux paroles recherchées.

Continuer la lecture de « L’almée est-elle une danseuse ? »