Ca m’énerve

Une salle de danse, également appelée studio, est une pièce aménagée d’un parquet, de miroirs, au moins sur un de ses côtés, et éventuellement de barres fixées aux murs. En tant que lieu recevant du public, elle doit répondre à tout un tas de réglementations.

Certaines salles de danse appartiennent à des personnes privées, comme des associations, des sociétés civiles immobilières ou des particuliers. Dans ce cas, les frais d’entretien, d’éclairage et de chauffage ainsi que les taxes sont couverts par le montant des loyers payés par les professeurs locataires ou/et par les revenus issus des inscriptions aux cours.

D’autres appartiennent à la commune. Dans ce cas, les charges sont financées par les impôts, l’idée étant que les habitants bénéficient d’un accès facilité à des activités culturelles et sportives sur le territoire de leur commune. J’attire l’attention des danseuses et des futures danseuses sur ce point : les tarifs attractifs proposés par certaines professeures sont généralement dus au fait qu’elles n’ont pas de loyer à régler.

La France souffre d’une pénurie de salles de danse et notamment de salles de danse publiques. Continuer la lecture de « Ca m’énerve »

Cours de danse orientale à La Roche sur Yon

Tadâm ! Le 21 septembre 2017 s’ouvre la 4ème édition des cours de danse orientale à La Roche sur Yon. C’est un plaisir de vous y accueillir. Vous êtes attendues 😉

Où ?

Nous nous retrouvons au studio de danse Vibration Latina, 95 rue René Coty (Zone Acti Sud) à La Roche sur Yon. Un parking gratuit est à votre disposition devant le studio. L’arrêt de bus « Epinettes » sur la ligne 4 direction « Angelmière » est à quelques mètres.

Quand ?

Le jeudi de 18h15 à 19h15.

Pour le confort de chacune, il est demandé d’arriver 15 mn avant le début du cours.

Le cours commence à l’heure pour respecter les horaires du cours suivant.

Le cours se termine le jeudi 7 juin 2018.

Pour qui ?

Le cours est ouvert à toutes les femmes à partir de 15 ans.

Il s’adresse à toutes celles qui ont envie de pratiquer la danse orientale, qu’elles soient débutantes ou plus avancées dans leur parcours (de 0 à 3 ans de pratique)

Pourquoi ?

La danse orientale est encore peu connue. Elle est souvent limitée à l’image des danseuses de restaurants ou de clips. Cette image n’est pas représentative de toute la richesse de cet art.

Sa technique est fondée sur l’isolation, c’est-à-dire la capacité à faire bouger une seule partie du corps. Cela permet de prendre conscience en douceur des possibilités multiples de l’ossature et de la musculature profonde. La danse orientale assouplit et sculpte la silhouette. Véritable « photoshop naturel » 😉 elle rapproche les femmes du Féminin de leur nature et leur donne la maîtrise de leur esthétique.

Continuer la lecture de « Cours de danse orientale à La Roche sur Yon »

4€90

L’esprit mercantile qui anime la plupart des acteurs de la danse orientale semble assez néfaste. Certes, il peut conduire à une certaine inventivité en stimulant l’apparition de nouveaux styles et de nouveaux produits, dont les danseurs eux-mêmes, mais il aboutit surtout à favoriser une production à la chaîne au bénéfice des meilleurs gestionnaires.

Tout en désapprouvant le marché de la danse orientale, je lui reconnais le mérite d’avoir créé l’environnement nécessaire à la survivance et au renouvellement, pas toujours pour le meilleur, de cette gestuelle.  Le monde « culturel », empêtré dans des préjugés, inconscient de son ethnocentrisme, est fermé à la danse orientale. Il ne peut l’envisager que sous l’angle de la tradition ou du métissage. Considérer la danse orientale comme une technique physique permettant l’expression d’états de corps dans le présent semble impossible. Le fait qu’elle soit une danse érotique féminine ajoute un obstacle quasi insurmontable à sa qualification d’art par les mandarins qui règnent sur l’espace culturel occidental.

Si la danse orientale grappille quelques subventions, les scènes prestigieuses lui sont inaccessibles. Cette absence de débouchés empêche la rencontre de la danse orientale avec les réflexions et les processus artistiques de son siècle. Interdite de sortir des clichés hérités de la période coloniale puis du cinéma égyptien, elle est bornée par des objectifs de performance et de lucre.

Cette ambiance encourage la recherche du moindre profit. Et tous s’y jettent sans hésitations. Continuer la lecture de « 4€90 »

Danser avec émotion

Rhett Butler « Autant en emporte le vent »

Quand j’apprends un mouvement, ou quand je l’enseigne, je pars de la technique. J’identifie les os et les articulations qui sont mobilisés, je détermine dans quel groupe musculaire le mouvement puise sa force, quelles sont sa direction et son énergie et de combien de façons différentes il peut se dessiner dans l’espace.

Une fois ce travail commencé, j’ai très souvent remarqué qu’il est plus facile d’obtenir une bonne qualité de mouvement en y ajoutant une émotion.

Continuer la lecture de « Danser avec émotion »

Pas de danse orientale parce que…

La danse orientale est un art encore mal connu. Certaines rêvent de s’inscrire à leur premier cours mais n’osent pas. D’autres sont séduites par la gestuelle mais trouvent son environnement de mauvais goût. Parfois, celles qui ont déjà fait le pas sont déçues par leur expérience.

Je vous propose d’évoquer les fausses raisons pour ne pas se lancer leur cœur léger dans l’apprentissage de la danse orientale. Et d’y répondre 🙂

Parce que ce n’est pas pour moi

L’apprentissage de la danse orientale est ouvert à toutes les femmes sans pré requis. Aucune femme n’est exclue de la danse orientale, que ce soit en raison de ses mensurations, de son âge ou de sa personnalité.

La technique est exigeante. Mais elle vise à mettre en valeur toutes les morphologies. Un même mouvement peut avoir un rendu différent selon la femme qui danse car le but en danse orientale n’est pas d’atteindre un stéréotype mais de permettre l’expression de la danseuse. Continuer la lecture de « Pas de danse orientale parce que… »