« Kedi, des chats et des hommes » de Ceyda Torun

Crédit photo : Epicentre Films

L’ailurophile désigne celui ou celle qui aime les chats. Le mot vient du grec ancien « ailouros » qui signifie « chat ».

Loin du préjugé occidental de « la vieille aux chats » et de l’exhibition de chatons sur des « boites à clics », le film de Ceyda Torun, sorti en France en 2017, est notamment salué par The Time et Variety.

Son esthétique est irréprochable. Les images sont somptueuses. Les plans aériens pris par drone alternent avec des plans grand angle pris à hauteur de cheville humaine ou, plus exactement, d’épaule féline. Il ressort de l’ensemble un sentiment d’échange permanent entre ciel et terre, qui saisit la Vie dans son foisonnement essentiel et son mouvement éternel.

Continuer la lecture de « « Kedi, des chats et des hommes » de Ceyda Torun »

La danse orientale vue par Laila del Monte

Tombe de Nebamon – Vers 1350 av.J.C.

Laila Del Monte se présente comme une professionnelle en communication animale. Née au Etats-Unis, elle passe son enfance en Espagne. Elle est diplômée de la Sorbonne en religions comparées.

Depuis l’antiquité du temps, les Hommes rêvent d’entrer en relation avec les phénomènes qui les dépassent. Souvent, ce désir est chargé d’arrière-pensées, au premier rang desquelles celle de maîtriser le fonctionnement de leur environnement afin d’en exploiter les potentiels à leur seul profit.

Continuer la lecture de « La danse orientale vue par Laila del Monte »

Haroun al-Rachid, le calife des Mille nuits et une nuit (765-809) Partie 1

D’abord farouchement attaché au culte pré-islamique des trois maîtresses, le clan Omeyyade se convertit à la nouvelle religion et conquiert le titre suprême de calife, savoir « successeur ». Ensuite, il déplace la capitale de son empire de Médine à Damas. Enfin, il ajoute au génie arabe l’héritage byzantin, ce qui favorise l’émergence d’une civilisation raffinée et séduisante, dont l’élite est mouvementée par une communauté d’intérêts plus que par la quête d’unité religieuse.

Continuer la lecture de « Haroun al-Rachid, le calife des Mille nuits et une nuit (765-809) Partie 1 »

Pourquoi contribuer au financement du court-métrage « Bolero de Ravel, Danse orientale Sophia Sola » ?

Au moment où j’écris, la levée de fonds a dépassé les 30 % du montant à atteindre pour couvrir les frais engagés pour tourner le court-métrage.

Je remercie les premiers contributeurs. Leur don permet de faire face aux nécessités imposées par la réalité. C’est également du baume pour l’esprit contre le découragement.

La danse orientale cristallise tous les préjugés. La méconnaissance de son histoire conduit à considérer son esthétique comme l’expression d’idées vagues, telles l’exotisme et la séduction, et non comme le résultat d’un processus artistique conscient et individuel.

Continuer la lecture de « Pourquoi contribuer au financement du court-métrage « Bolero de Ravel, Danse orientale Sophia Sola » ? »

Une culotte pour la danse orientale*

Crédit photo : souffledantan.com

S’il y a bien une chose à laquelle tu ne souhaites pas penser alors que tu es sur scène, c’est ta culotte. Il faut qu’elle soit invisible et parfaitement oubliable.

Invisible, parce que les costumes de danse orientale sont souvent en mousseline et généreusement fendus le long des jambes.

S’ils sont ajustés, il est aussi important de porter une culotte sans coutures afin d’éviter les marques, qui apparaîtront à chaque mouvement.

Voici quelques pistes marquées du sceau de l’expérience pour t’aider à trouver le sous-vêtement qui sera ton meilleur ami 😉

Continuer la lecture de « Une culotte pour la danse orientale* »