Prépare ton cours de danse orientale*

Fabio Fabbi, Femmes sur une terrasse

Toute harmonie lutte contre les forces qui visent à sa dislocation. Face à ce constat, deux voies. Soit tu le nies, ou tu pars du principe que tu sortiras victorieuse du combat, ce qui n’est jamais arrivé. Soit tu la joues à la méditerranéenne : tu sais que tu vas perdre, mais tu le fais en toute jouissance.

Le temps passé et le plaisir pris à soigner son corps et son apparence sont des outils efficaces pour se ménager un espace mental où tu n’as que toi en tête. Et c’est l’antichambre parfaite pour ton cours de danse orientale.

Continuer la lecture de « Prépare ton cours de danse orientale* »

Prêtresses en Mésopotamie

Crédit photo : Patrice Bucher

En Mésopotamie, région entre les fleuves Tigre et Euphrate, principalement sur le territoire de l’actuel Irak, les femmes assument de hautes fonctions religieuses.

Les civilisations qui s’ajoutent et se succèdent sur ce territoire sont marquées par un haut degré de raffinement, qui se manifeste, notamment, par l’invention de l’écriture cunéiforme à Uruk en 3300 avant JC.

Les temples sont les demeures des dieux qui vivent sur terre. Les satisfaire est le destin de l’humanité. Les temples sont des centres économiques et administratifs. Des actes juridiques y sont rédigés et conservés, les surplus de la production agricole, améliorée par les nouvelles techniques d’irrigation, y sont conservés, comptabilisés, distribués, des animaux de rente y sont abattus, des étoffes y sont tissées, des prêts y sont accordés…

Toutes ces tâches emploient des hommes libres maîtrisant des savoir faire et des esclaves.

Aux membres des classes privilégiées les hautes fonctions religieuses qui permettent l’accès au saint des saints, le Naos, le lieu le plus reculé où vit le dieu. Lieu dont l’entrée est absolument interdite au commun des mortels.

Car au contraire des cultes monothéistes, les rituels ne sont pas publics. Ils se déroulent rien que pour les yeux des différentes catégories de prêtres qui officient dans l’intimité des dieux qu’ils réveillent, lavent, habillent, nourrissent et, parfois, réjouissent de leurs orgies.

Continuer la lecture de « Prêtresses en Mésopotamie »

Madame de Tourvel, l’incandescente

Meg Tilly

L’été se prête à la lecture de polars et de romans de plage insipides. Si tu es tentée par une expérience plus intense, « Les Liaisons dangereuses » pourraient te plaire.

C’est une histoire de manipulation. Et d’une femme amoureuse qui en meurt. Sujet intemporel s’il en est.

« Les Liaisons dangereuses », roman épistolaire publié en 1779 par Choderlos de Laclos est, selon moi, un chef d’oeuvre inégalé.

Notre époque inculte aime voir dans Cécile de Volanges une victime et dans la Marquise de Merteuil une précurseur de l’égalité entre les sexes.

La vérité est que Cécile est vulnérable parce qu’elle est naturellement dépourvue de tout frein à son désir de satisfactions immédiates. Quant à la Marquise, elle explique clairement dans la lettre 81, que ce qui lui importe est de ne pas perdre, à défaut de gagner. Cela fait d’elle un outil parfait de domination brutale. De nos jours, la première pourrait être influenceuse, la seconde membre du conseil d’administration d’une multinationale.

Continuer la lecture de « Madame de Tourvel, l’incandescente »