Cours de danse orientale

Crédit photo : Patrice Bucher

En 1990, la déferlante « danse orientale » s’est abattue sur la France. Depuis, quelques années, le marché se stabilise. L’offre se compose de produits commerciaux et d’enseignements artistiques.

Que vous soyez une habituée des cours de danse orientale ou une débutante qui pousse la porte du studio pour la première fois, voici quelques pistes pour vous aider à choisir votre cours de danse orientale.

Commercial, traditionnel ou artistique

Une partie des professeures de danse orientale enseignent que leur vision de la danse orientale est le plus haut degré de cet art.

Discipline de soliste, la danse orientale est l’expression de l’âme de la danseuse. Certaines s’attachent à plaire au plus grand nombre et développent un style commercial ; d’autres se fondent sur la tradition et proposent un genre populaire, réel ou imaginé ; quelques unes se basent sur le langage chorégraphique spécifique à la danse orientale et sur les images auquel il est lié pour créer une forme classique et contemporaine.

Aucune de ces formules ne contient la danse orientale dans son entier. Toutes y participent.

A vous d’identifier la démarche des professeures près de chez vous – selon votre ressenti et non selon ses affirmations – et de choisir celle qui vous convient. Changez l’année suivante si le cœur vous en dit 🙂

Ne prenez pas la technique à la légère

Quel que soit le style, le mouvement doit être présenté selon ces points :

placement du corps

localisation du poids du corps

direction du mouvement

partie(s) du corps qui initie(nt)/dirige(nt) le mouvement

 énergie du mouvement

 esprit du mouvement

erreurs à ne pas commettre.

La professeure doit venir vous voir, vous corriger si nécessaire, au moins une fois par cours. Rien n’est pire que de croire maîtriser un mouvement alors que la posture du corps est fausse et que le déplacement est inexact.

Continuer la lecture de « Cours de danse orientale »

Ca m’énerve

Une salle de danse, également appelée studio, est une pièce aménagée d’un parquet, de miroirs, au moins sur un de ses côtés, et éventuellement de barres fixées aux murs. En tant que lieu recevant du public, elle doit répondre à tout un tas de réglementations.

Certaines salles de danse appartiennent à des personnes privées, comme des associations, des sociétés civiles immobilières ou des particuliers. Dans ce cas, les frais d’entretien, d’éclairage et de chauffage ainsi que les taxes sont couverts par le montant des loyers payés par les professeurs locataires ou/et par les revenus issus des inscriptions aux cours.

D’autres appartiennent à la commune. Dans ce cas, les charges sont financées par les impôts, l’idée étant que les habitants bénéficient d’un accès facilité à des activités culturelles et sportives sur le territoire de leur commune. J’attire l’attention des danseuses et des futures danseuses sur ce point : les tarifs attractifs proposés par certaines professeures sont généralement dus au fait qu’elles n’ont pas de loyer à régler.

La France souffre d’une pénurie de salles de danse et notamment de salles de danse publiques. Continuer la lecture de « Ca m’énerve »

Danser avec émotion

Rhett Butler « Autant en emporte le vent »

Quand j’apprends un mouvement, ou quand je l’enseigne, je pars de la technique. J’identifie les os et les articulations qui sont mobilisés, je détermine dans quel groupe musculaire le mouvement puise sa force, quelles sont sa direction et son énergie et de combien de façons différentes il peut se dessiner dans l’espace.

Une fois ce travail commencé, j’ai très souvent remarqué qu’il est plus facile d’obtenir une bonne qualité de mouvement en y ajoutant une émotion.

Continuer la lecture de « Danser avec émotion »

Pas de danse orientale parce que…

La danse orientale est un art encore mal connu. Certaines rêvent de s’inscrire à leur premier cours mais n’osent pas. D’autres sont séduites par la gestuelle mais trouvent son environnement de mauvais goût. Parfois, celles qui ont déjà fait le pas sont déçues par leur expérience.

Je vous propose d’évoquer les fausses raisons pour ne pas se lancer leur cœur léger dans l’apprentissage de la danse orientale. Et d’y répondre 🙂

Parce que ce n’est pas pour moi

L’apprentissage de la danse orientale est ouvert à toutes les femmes sans pré requis. Aucune femme n’est exclue de la danse orientale, que ce soit en raison de ses mensurations, de son âge ou de sa personnalité.

La technique est exigeante. Mais elle vise à mettre en valeur toutes les morphologies. Un même mouvement peut avoir un rendu différent selon la femme qui danse car le but en danse orientale n’est pas d’atteindre un stéréotype mais de permettre l’expression de la danseuse. Continuer la lecture de « Pas de danse orientale parce que… »

Etre au top en cours de danse orientale

danse-orientale-bienfaits

La rentrée est synonyme de bonnes résolutions. Celles qui s’inscrivent à un cours de danse orientale ont envie d’affiner leur silhouette et d’épanouir leur féminité. Mais même pratiquée en tant que loisir, l’art de la danse orientale demande de l’assiduité et de l’entraînement. Voici comment être au top en cours de danse orientale.

Se faire belle

Si l’habit ne fait pas le moine, les bons outils font les bons ouvriers. L’échéance du cours peut devenir l’occasion de réserver du temps pour soi. Gommage, épilation, hydratation, manucure… Se sentir en beauté facilite l’abord de la danse orientale qui recherche la mise en lumière du Féminin. Continuer la lecture de « Etre au top en cours de danse orientale »