Cours de danse orientale

Crédit photo : Patrice Bucher

En 1990, la déferlante « danse orientale » s’est abattue sur la France. Depuis, quelques années, le marché se stabilise. L’offre se compose de produits commerciaux et d’enseignements artistiques.

Que vous soyez une habituée des cours de danse orientale ou une débutante qui pousse la porte du studio pour la première fois, voici quelques pistes pour vous aider à choisir votre cours de danse orientale.

Commercial, traditionnel ou artistique

Une partie des professeures de danse orientale enseignent que leur vision de la danse orientale est le plus haut de degrés de cet art.

Discipline de soliste, la danse orientale est l’expression de l’âme de la danseuse. Certaines s’attachent à plaire au plus grand nombre et développent un style commercial ; d’autres se fondent sur la tradition et proposent un genre populaire, réel ou imaginé ; quelques unes se basent sur le langage chorégraphique spécifique à la danse orientale et sur les images auquel il est lié pour créer une forme classique et contemporaine.

Aucune de ces formules ne contient la danse orientale dans son entier. Toutes y participent.

A vous d’identifier la démarche des professeures près de chez vous – selon votre ressenti et non selon ses affirmations – et de choisir celle qui vous convient. Changez l’année suivante si le cœur vous en dit 🙂

Ne prenez pas la technique à la légère

Quel que soit le style, le mouvement doit être présenté selon ces points :

placement du corps

localisation du poids du corps

direction du mouvement

partie(s) du corps qui initie(nt)/dirige(nt) le mouvement

 énergie du mouvement

 esprit du mouvement

erreurs à ne pas commettre.

La professeure doit venir vous voir, vous corriger si nécessaire, au moins une fois par cours. Rien n’est pire que de croire maîtriser un mouvement alors que la posture du corps est fausse et que le déplacement est inexact.

Le prix à payer

Mon expérience dans de très nombreux cours me prouve que celles qui vivent de la danse orientale ne sont pas obligatoirement les meilleures professeures.

De plus, je vous ai déjà parlé de la différence de charges qui existe entre les professeures qui bénéficient de la mise à disposition d’une salle de danse et celles qui doivent la louer.

Dès lors, le critère du prix des cours n’est pas efficace.

Une professeure « amateure » peut être excellente et si elle dispose gratuitement d’une salle, ses cours peuvent être peu chers.

Mais une professeure « professionnelle » peut être tout aussi excellente et si elle doit louer le studio de danse, ses cours peuvent être plus chers que la moyenne du marché.

De même, une professeure « amateure » peut avoir un faible niveau et pas de loyers à payer tout en proposant des prix alignés sur le marché…

Pour ne pas vous engager à la légère, profitez sans modération des cours d’essais gratuits. Cela vous donnera des éléments de comparaison concrets pour vous décider.

Moins on est, plus on danse

La mode de la danse orientale est passée. Les salles de danse sont rares. Si bien qu’une partie des professeur(e)s rassemblent les inscriptions sur quelques créneaux horaires pour rentabiliser leur cours.

Au-delà de 20 participantes, cela me paraît difficile d’enseigner avec précision et de repérer les points forts et les points faibles de chacune pour l’aider à progresser.

Soyez attentives à avoir une vue directe sur la professeure, quelle que soit la place où vous vous trouvez dans la salle,  et demandez franchement si le nombre de participantes est limité.

En attendant l’heure

Les cours de danse pour adultes ont généralement lieu après ceux pour enfants et adolescents. En attendant l’heure, vous pouvez prendre un en-cas qui vous permettra de suivre le cours sans entendre votre estomac gargouiller 😉  Les aliments à indice glycémique élevé (gâteaux, biscuits, barres chocolatés…)qui font augmenter fortement le taux de glucose dans le sang, puis provoquent une sensation de « coup de barre » une fois qu’ils sont digérés, sont à proscrire. Vous pouvez grignoter 30 grammes de fruits secs comme les amandes, les noisettes, les noix de cajou et les cacahuètes.

Voici un petit « truc » pour les rendre encore meilleurs :

Pré chauffez le four à 180/200°. Etalez les amandes et les noisettes sur une plaque. Enfournez la plaque à mi hauteur et laissez durant 10 minutes. Puis éteindre le four et laissez 5 minutes. Faites la même chose avec les noix de cajou et les cacahuètes en baissant le temps de cuisson à 6 minutes avec un temps de repos de 5 minutes. Une fois refroidis, faites un mélange que vous pouvez saler légèrement. Evitez les sels trop raffinés qui contiennent des produits toxiques.

Vous pouvez compléter cet en-cas avec un verre de lait d’amande.

Vous voilà parées pour votre cours de danse orientale ! 😛

Ce contenu a été publié dans Pratiquer la danse orientale, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *