Gala, le meilleur

danse-orientale-turc

Beaucoup d’école de danse proposent un gala de fin d’année. Pour la majorité des élèves, la représentation sur scène est l’aboutissement de leurs efforts. Elle peut aussi être un objectif concret qui motive quand le plaisir de danser s’amoindrit ou que les progrès se font attendre.

Plus pragmatiquement, le gala est l’occasion pour l’école de danse de remplir les caisses. Les sommes récoltées sont employées pour gratifier des professeurs, pour financer leurs stages, pour organiser des sorties ou pour acheter du matériel.

Je mentionne l’aspect financier de l’opération pour insister sur le fait que rien n’oblige les élèves à participer à ces galas. Le paiement du prix des cours rémunère l’enseignement reçu. La présence au gala n’est pas un dû. Je pense qu’il est malhonnête de se désintéresser de ceux et celles qui ne souhaitent pas monter sur les planches en fin d’année.

La participation au gala entraîne très souvent l’aide  – en nature ou en argent – à la confection des costumes. Je trouve que c’est plus sympa quand cette information est donnée en même temps que la proposition de se joindre au projet. Mais j’ai pu constater que cela n’est pas une évidence dans toutes les écoles…

Le terme « gala » est utilisé par les écoles de danse privées. Les conservatoires et les établissements publics préfèrent le terme « spectacle de fin d’année. »

J’utiliserai l’un ou l’autre terme pour évoquer mes bons souvenirs de spectacles de fin d’année dans les écoles que j’ai fréquentées.

Gala d’enfance

Les galas de ma toute première école de danse avaient lieu au théâtre municipal. J’ai appris par la suite qu’il s’agit d’un théâtre à l’italienne de 350 places. Il ne fonctionne plus maintenant.

"Le théâtre municipal de mes premiers galas."

« Le théâtre municipal de mes premiers galas. »

Plutôt que des souvenirs précis, ce sont des sensations que j’ai conservées de ses premières scènes. La superposition pas trop confortable du jogging sur le justaucorps et le collant de danse. La douceur de la  fin de journée devant l’entrée des artistes. La pénombre fraîche du couloir menant aux loges étroites. Les odeurs poudrées du maquillage qu’utilisaient quelques mamans désignées – les autres ne pouvaient pas accéder aux loges. Notre calme relatif et les couleurs pastels de nos justaucorps qui indiquaient nos classes et l’ordre de passage. Malgré le trac, je me souviens d’une sensation de grande sécurité générée par la parfaite organisation de ma professeure. Cela reste un exemple pour moi.

Gala autour du billard

La professeure avait choisi la grande salle d’une brasserie avec une piste de danse au milieu des tables. Cette proximité convenait parfaitement à un gala de danse orientale, car cette danse – à moins d’un travail particulier d’adaptation – perd de sa force avec l’éloignement de la scène.

danseorientale_orientalismeElle avait travaillé avec celles qui souhaitaient présenter des chorégraphies autres que celles apprises en cours. Cette démarche de mise en valeur adaptée aux participantes a augmenté l’intérêt du spectacle qui fut une réussite.

Mais la magie de ce gala fut sa loge d’un genre particulier. Nous étions installées dans la salle de billard attenante à la grande salle, cachées par un rideau de théâtre. Le billard luisait sous l’éclairage, et, petit à petit, il a disparu sous nos costumes, nos miroirs, nos trousses de maquillages. Je vis même sur son tapis vert le reflet d’une flasque d’alcool avec laquelle une de nous se donnait du courage. Nous étions toutes ensemble, tous niveaux confondus, toutes à s’entraider dans nos chiffons et nos cheveux. Et ce partage reste pour moi la composante nécessaire et sine qua non d’un gala d’école de danse vraiment réussi.

Gala de fleurs

L’image de 12 fleurs blanches alignées sur la table de maquillage par les professeurs. Légères dans la lumière de la loge. Un remerciement pour le projet mené à son terme. Une reconnaissance inattendue pour des élèves. Un beau souvenir.

A venir : Gala, le pire

Ce contenu a été publié dans Mon histoire, Pratiquer la danse orientale, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Gala, le meilleur

  1. Marie Kléber dit :

    Très joli article Sophia qui me rappelle quelques souvenirs à moi aussi. Que ce soit le gala de l’école ou de l’école de danse. Plus tard, les galas de Flamenco et les costumes qui brillent, l’envie de danser et le trac aussi qui s’infiltre et disparait au moment où la musique commence.
    Très belle journée à toi et tendres pensées de nous deux.

    • Sophia Sola dit :

      Bonjour Marie. Tout ce que tu décris va évoquer bien des choses aux lectrices, surtout que la saison des galas arrive ! 🙂 Dans un prochain billet, je vais parler du pire… Je pense que nous avons toutes eu un « gala galère ». J’en ai eu plusieurs mdr… J’ai tenté de laisser des commentaires sur deux de tes billets qui m’ont beaucoup plu, mais je ne sais pas si cela a marché. Mille bisous à vous deux.

  2. Héloïse dit :

    Tu es si belle Sophia! Et j’aime ton partage de souvenirs, un univers magique… je m’y vois déjà! Gros bisous ♥

    • Sophia Sola dit :

      Bonjour Héloïse et merci pour ces gentils mots que tu déposes avec bienveillance 🙂 Les souvenirs de gala comptent, car, après tout, une fois la scène finie, la danse est un art qui ne laisse pas de traces. Maintenant, il existe les enregistrements. Mais ils ne témoignent jamais complètement de ce que fut le moment. Mille bisous à toi à travers tes vagabondages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *